Nous nous préparons à voyager jusqu’à la prison de Chiayi dans laquelle un homme est accusé d’avoir transmis le virus d’immunodéficience humaine (VIH) à ses partenaires sexuels. En dépit de la loi de 1990 sur la non-discrimination, être séropositif à Taiwan, comme aux Etats-Unis ou au Japon, est un état intermédiaire entre la maladie et le crime : chaque personne séropositive est tenue de déclarer son statut sérologique aux autorités qui, sous prétexte de protéger la santé publique, le transforment en l’objet d’une vigilance gouvernementale accrue.