Les enfants du Nigéria racontent l’horreur en dessins

Article publié le : samedi 11 avril 2015. Rédigé par : Liliane

http://www.unicef.be/fr/les-enfants-du-nigeria-racontent-lhorreur-en-dessins/

Zone-Ah

Article publié le : samedi 11 avril 2015. Rédigé par : Liliane

http://www.zone-ah.org/qui-sommes-nous%E2%80%8E/

Jean-Michel Basquiat. The notebooks

Article publié le : mercredi 8 avril 2015. Rédigé par : Liliane

http://www.wallpaper.com/art/inner-workings-the-notebooks-of-jean-michel-basquiat-are-unveiled-at-the-brooklyn-museum/8676#115264

image

Chicago. Wall of Respect

Article publié le : mardi 7 avril 2015. Rédigé par : Liliane

http://www.saic.edu/highlights/performancesspecialevents/wall-of-respect.html

image
In the summer of 1967, during a time of political turbulence, the visual artists of the Organization of Black American Culture (OBAC), together with muralist William Walker, painted a group mural on the side of a semi-abandoned, two-story building on the South Side of Chicago.
Known as the Wall of Respect, the highly visible community artwork celebrated black heroes, served as a platform for performance and rallies, and engendered a sense of collective ownership within the neighborhood, inspiring community mural movements around the US and the world.
Leading up to the Wall of Respect’s 50th anniversary in 2017, this symposium invites the artists to revisit their creative political acts and to reflect on the Wall’s legacy in a public conversation with other artists and educators. Through moderated roundtables, panels, and open discussions, the symposium will address the Wall’s contributions to the artistic and political movements of its time and its continuing relevance to current times.

Surround Audience: The 2015 New Muséum Triennal

Article publié le : jeudi 26 mars 2015. Rédigé par : Liliane

Surround Audience: The 2015 New Museum Triennial from Frieze on Vimeo.

D’un vieux Elle. Vacances sur panoplies. Pour Aix-les-Bains

Article publié le : vendredi 20 mars 2015. Rédigé par : Liliane

pourAixlesBains
Des gants courts en piqué • Des cothurnes nylon et chevreau de Perugia • Un collier de corail • Un pull sans manches boutonné sur l’épaule • Un étui à cigarettes en osier • Un sac pliant • Une jupe en toile (Boutique Dior).

Lygia Pape

Article publié le : mercredi 4 mars 2015. Rédigé par : Liliane

 http://ed-histart.univ-paris1.fr/page.php?r=59&id=243&lang=fr

 http://i-ac.eu/fr/artistes/575_lygia-pape

http://www.serpentinegalleries.org/exhibitions-events/lygia-pape-magnetized-space

De Paule S. Bataille de fleurs à Aix. 1919

Article publié le : mercredi 4 mars 2015. Rédigé par : Liliane

BatailleFleursAix1919

1894. Au château de Chindrieux, de la famille

Article publié le : mercredi 4 mars 2015. Rédigé par : Liliane

ChateaudeChindrieuxchateaudeChindrieuxgroupe
Trop copy-art

Jean Birnbaum. La gauche face au djihadisme: les yeux grands fermés

Article publié le : mercredi 4 mars 2015. Rédigé par : Liliane

Le Monde du jour
«En 1978, le philosophe Michel Foucault arrive en Iran pour y effectuer un reportage sur la révolution islamique. Envoyé par le quotidien italien Corriere della sera, il va à la rencontre des insurgés et leur pose des questions. Bien sûr, cet intellectuel de gauche ne manque pas de s’intéresser aux causes économiques du soulèvement. Il commence par détailler les inégalités de classe et de statut qui rongent la société iranienne. Mais son ouverture d’esprit et sa disponibilité à l’événement le rendent sensible à un autre enjeu : « la religion, avec l’emprise formidable qu’elle a sur les gens ». Après avoir interviewé des étudiants et des ouvriers, il dresse le constat suivant : si les facteurs sociaux sont importants pour expliquer la contestation, seule l’espérance messianique a vraiment pu mettre le feu aux poudres. D’ailleurs, les militants se réclamant du communisme ou des droits de l’homme se trouvent peu à peu balayés par ceux qui en appellent à la charia.

Une vulgate marxisante

A l’évidence, « le problème de l’islam comme force politique est un problème essentiel pour notre époque et pour les années à venir », prévenait Foucault. Telle est la leçon de ce reportage signé par un philosophe qui a pu observer de près, et avec une certaine bienveillance, la puissance politique de l’espérance religieuse.Cette leçon, délivrée par l’un des grands intellectuels de gauche, la gauche française l’a aujourd’hui oubliée. Les femmes et les hommes qui peuplent ses groupes militants, ses cercles de réflexion ou ses cabinets ministériels en sont revenus à une conception rudimentaire de la religion : quand ils s’y intéressent, c’est pour la rabattre immédiatement sur autre chose qu’elle-même. A leurs yeux, la religion n’est qu’un symptôme du malaise social, une illusion qui occulte la réalité des conflits économiques. Leur idée de la croyance religieuse relève ainsi d’une vulgate marxisante qui tourne le dos à Foucault et qui ne rend pas non plus justice à Marx, dont la pensée sur le sujet est bien plus riche.Incapable de prendre la religion au sérieux, comment la gauche comprendrait-elle ce qui se passe actuellement, non seulement le regain de la quête spirituelle mais surtout le retour de flamme d’un fanatisme qui en est la perversion violente ? Elle qui fut si fière, naguère, de sa tradition internationaliste, comment pourrait-elle admettre que le djihadisme constitue désormais la seule et unique cause pour laquelle des milliers de jeunes Européens sont prêts à aller mourir loin de chez eux ? Elle qui a toujours identifié les insurgés aux damnés de la Terre, comment pourrait-elle accepter que, parmi ces jeunes, beaucoup sont tout autre chose que des laissés-pour-compte ?Mohamed Belhoucine, jeune homme charismatique lié à Amedy Coulibaly et qui a organisé la fuite de sa compagne vers la Syrie, est diplômé de l’Ecole des mines d’Albi. Quant à « Jihadi John », l’étudiant qui égorge les otages de l’Etat islamique, il a le parfait accent british des bourgeois londoniens. Deux exemples récents, parmi tant d’autres, qui rappellent que ces terroristes sans patrie ni frontières sont souvent des enfants de « bonne famille », échappant au cliché du gamin des cités devenu loup solitaire.

Misérables en quête de célébrité

Comment la gauche, qui tient pour rien les représentations religieuses, comprendrait-elle la haine sanglante de ces hommes vis-à-vis des chrétiens, leur obsession meurtrière à l’égard des juifs ? Elle qui renvoie l’élan de la foi à un folklore dépassé, comment pourrait-elle admettre qu’une armée d’informaticiens, de geeks et de hackeurs se mobilise pour faire triompher des mœurs vieilles de plusieurs siècles ? Elle qui peine à saisir le rapport qu’un croyant peut entretenir avec les textes, comment pourrait-elle concevoir la rage avec laquelle les hommes de Daech détruisent les livres « impies » et les œuvres d’art « sataniques », au nom de ce qu’ils proclament être la religion vraie, celle qu’il faut porter au pouvoir ?Partout où il y a de la religion, la gauche ne voit pas trace de politique. Dès qu’il est question de politique, elle évacue la religion. Bref, elle n’envisage plus la possibilité de cette puissance qui domina si longtemps l’Occident lui-même, et que Michel Foucault nommait une politique spirituelle.Comme l’affirmait jadis l’historien René Rémond, les droites sont en majorité d’anciennes gauches qui ont progressivement glissé sur la scène idéologique. Voilà sans doute pourquoi cet aveuglement concerne une large partie de notre champ politique. Ainsi s’expliquerait la multiplication des voix, de toutes tendances, qui martèlent que l’Etat islamique n’a « rien à voir » avec la religion, et que ses combattants sont moins des fanatiques que des misérables en quête de célébrité, de pauvres hères ayant abusé du jeu vidéo, des paumés ayant trop surfé sur Internet.

Une polarisation du sacré et du profanne

Evidemment, il n’est pas question de nier que le djihadisme ait des causes économiques et sociales. Mais à ignorer sans cesse sa dimension proprement religieuse, on se condamne à l’impuissance. Les fous de Dieu le répètent : ce qui est en jeu, dans leur esprit, c’est une certaine polarisation du sacré et du profane, un partage du bien et du mal. Et ce qui devrait intriguer tous ceux que cette violence frappe, c’est moins ses racines sociales que sa remarquable autonomie par rapport à elles.Foucault en était bien conscient. Confronté à une situation certes différente, mais qui posait déjà la question du discours religieux et de sa puissance politique, il affirmait que quiconque réduisait la religion à une chimère passait à côté de la révolution islamique. Il notait d’ailleurs qu’une telle myopie faisait rire à Téhéran : « Vous savez la phrase qui fait ces temps-ci le plus ricaner les Iraniens ? Celle qui leur paraît la plus sotte, la plus plate, la plus occidentale ? La religion, opium du peuple. » Quinze jours plus tard, il utilisait de nouveau ce lexique de la moquerie, mais cette fois pour souligner l’aveuglement des Français à l’égard des événements iraniens : « Quel sens, pour les hommes qui l’habitent, à rechercher au prix même de leur vie cette chose dont nous avons, nous autres, oublié la possibilité depuis la Renaissance et les grandes crises du christianisme : une spiritualité politique. J’entends déjà des Français qui rient, mais je sais qu’ils ont tort. »Pas de quoi rire. Voilà donc la leçon de Michel Foucault, celle que nous ferions bien d’entendre aujourd’hui : il arrive que la religion devienne force autonome, qu’elle se fasse puissance symbolique, matérielle, politique. Si nous nous moquons de cette force, alors nous nous condamnons à passer du rire aux larmes.»

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/idees/article/2015/03/03/la-gauche-face-au-djihadisme-les-yeux-grands-fermes_4586400_3232.html#psKXHpQkEYEmL50Z.99