-- Übersicht » 2016 » avril

Archives avril, 2016

Containers émouvants au soleil couchant

Article publié le : samedi 30 avril 2016. Rédigé par : Liliane

image
Angle rue Isaline – rue François Ponsart, avec un homme qui marche

Philippe Nuss. Esquisse de cartographie psychique des œuvres d’Opicino de Canistris

Article publié le : jeudi 21 avril 2016. Rédigé par : Liliane

Philippe Nuss, psychiatre et chercher en biologie moléculaire (CHU Saint-Antoine & Université Pierre et Marie Curie, Paris) a écrit la postface du livre de  Sylvain Piron, Dialectique du monstre, enquête sur Opicino de Canistris, Zones Sensibles, Pactum serva, 2015
Site du livre > http://dialectiquedumonstre.net/

Cette postface a pour titre
Esquisse de cartographie psychique des œuvres d’Opicino de Canistris, pp. 175-180
Extraits :

«À l’instar des créations qui défient le temps, les créations d’Opicino de Canistris sont à la fois immédiatement accessibles et profondément mystérieuses. Offertes au regard du psychiatre ou de l’historien, elles fascinent d’emblée par l’intensité de leur pouvoir évocateur tant elles semblent donner consistance à ce que ces savants observateurs du monde ont progressivement compris de l’essence de leur discipline respective. Sous leurs yeux d’abord incrédules se dévoile soudain une sorte d’archétype: une quintessence de l’expressivité d’une psychopathologie pour le psychiatre: le surgissement du sujet moderne au crépuscule de l’ère médiévale pour l’historien. En scrutant de plus près leur objet, l’un comme l’autre mesurent aussi la retenue qui doit être la leur tant est grand le risque d’amalgame, de contresens, de généralisation hâtive. La précaution fait rapidement suite à l’engouement.

Une approche psychopathologique classique des différentes productions graphiques d’Opicino consisterait à assembler des manifestations pathologiques (comme par exemple le délire), à identifier un mode de fonctionnement spécifique (un trouble du rapport à la réalité et au symbolique) ainsi que des éléments biographiques mettant notamment en lumière un trouble de l’ajustement social en rupture avec le fonctionnement antérieur —les différents diagrammes d’Opicino, leur conception graphique, l’étrangeté et l’atypicité de leur expression incarnant en quelque sorte, sous une forme visuelle, le dérèglement pathologique du patient. La bizarrerie, le caractère apparemment archaïque des représentations graphiques, leur juxtaposition et leur insertion dans une réticulation géométrique truffée de sentences mi-commentaires, mi-graphes, semblent construire une tentative d’explication totale du monde, preuves de sa foi en Jésus Christ autant que de sa fidélité au pape.

Ce type de création existe indubitablement dans la psychose, trouble dans lequel on observe une difficulté à intégrer dans un tout unique, cohérent et flexible, l’expérience de ce qui vient de soi et du monde, le symbolique et le réel, tout en maintenant la distinction et l’indépendance de chacun de ces ingrédients du réel vécu. La désorganisation psychique se manifeste ainsi chez le schizophrène autant dans son apparence et son comportement que dans son discours. On observe ainsi une atteinte de la prosodie, des anomalies lexico-sémantiques, une désorganisation de l’axe thématique et des règles de cohérence textuelle ainsi que des ruptures énonciatives conduisant à de surprenantes et imprévisibles associations. Les représentations du monde des patients sont ainsi imprégnées autant par la juxtaposition des différents champs (réel, imaginaire et symbolique), comme s’ils appartenaient au même domaine et au même espace-temps, que par l’interpénétration de chacun d’entre eux, l’un pouvant subrepticement se substituer à l’autre. Il en résulte une reconstruction de la réalité qualifié d’autistique dans la mesure où le sujet est coupé des contingences du monde, des conventions implicites de la relation interpersonnelle et du rapport à son propre corps. Indubitablement, ce type de mécanisme est à l’œuvre dans bon nombre de planches d’Opicino de Canistris.

Les conceptions psychanalytiques classiques de la psychose postulent un défaut précoce du développement psycho-affectif du patient au cours duquel on observe une régression et une fixation de la libido à un stade auto-érotique très archaïque du développement. Le corps du sujet comme unité imaginaire ne serait pas parvenu à se séparer de celui de l’autre, rendant indistincte la limite entre ce qui est de soi et ce qui est du monde extérieur. Cette perturbation primaire du lien libidinal à la réalité expliquerait les manifestations observées chez les patients, les symptômes étant compris autant comme des signes de ce défaut que comme des tentatives de restauration du lien avec la réalité (1).

Selon cette conception de la psychose, les déficits observés chez les patients à l’adolescence ou chez le jeune adulte sont constitutionnels: ils concernent la construction psychique du sujet et expliquent les difficultés majeures qu’il a à s’inscrire dans la réalité. Pour Jacques Lacan, la psychose est la conséquence « …  d’un manque au niveau du signifiant », d’un « trou » comblé par le monde fantasmatique. « Ce qui a été forclos dans le symbolique apparaît dans le réel » (2).

C’est de cette atteinte du signifiant dont témoigne le délire qui reste, conformément à la perspective freudienne, une tentative de suture dans la réalité. Dans le cas d’Opicino, si ce modèle est intéressant en ce qui concerne l’analyse des productions graphiques après 1335, de nombreux éléments biographiques et conceptuels convergent pour, au contraire, témoigner chez lui d’une forte capacité d’adaptation à la réalité. Opicino fut confronté très jeune aux vicissitudes de l’existence (la mort précoce de son père, son départ de Pavie, ou les errements de sa carrière) et put y faire face: il est parvenu, dans des conditions de vie difficile, à susciter l’intérêt et la confiance lui ayant permis d’occuper différentes positions sociales autonomes comme celles de précepteur, de courtisan du Pape ou de scribe à la Pénicenterie.

Les conceptions plus récentes de la psychose la font résulter d’une atteinte neurodéveloppementale / neuroplastique du cerveau (3). Les manifestations cliniques de psychose sont comprises aujourd’hui comme la conséquence d’anomalies de migration et de maturation des cellules qui constituent le système nerveux central, anomalies qui pourraient apparaître dès l’embryogenèseet s’amplifier à l’adolescence. L’émergence clinique de ce trouble résulterait de la combinaison de telles atteintes avec des facteurs délétères acquis depuis l’enfance, ainsi que d’un déficit en facteurs de protection. Cette compréhension permet d’expliquer la grande hétérogénéité de la présentation clinique des personnes souffrant de psychose, notamment la variété de l’âge de début des troubles, des compétences d’apprentissage et sociales, mais aussi l’hétérogénéité des manifestations cliniques. Cette manière d’envisager la psychose permet en outre de rendre compte de nombreuses anomalies non psychologiques observées chez ces patients —tels que des troubles de la motricité, de la structure du cerveau et des capacités neurocognitives (troubles de la mémoire, de l’attention, du traitement du contexte ou du rapport à l’espace ou au temps).

Appliqué à la biographie d’Opicino, telle que nous pouvons la connaître, ce modèle de psychose serait en apparence plus susceptible de rendre compte du début tardif et brutal des manifestations graphiques et comportementales en rupture avec son fonctionnement préalable. Les raisons de cette bascule ne sont pas évidentes. Opicino décrit en 1334 un état d’apragmatisme intense de plusieurs semaines dont il a peu souvenir, ainsi que l’existence de séquelles motrices qui ne l’empêcheront pourtant pas de continuer à dessiner et à écrire.

Ces faits ne permettent pas de se prononcer quant à la nature de cet épisode: phase catatonique psychotique ou mélancolique, épisode aigu dissociatif, dépressif voire anxieux, ou accident ischémique cérébral… —il est impossible de se prononcer formellement. Ce qui semble avoir le plus changé à partir de 1335, ce sont les préoccupations quotidiennes d’Opicino. Obsédé et tourmenté par l’idée de péché, il n’a de cesse que de construire une représentation du monde au sein duquel son débat intérieur, les dogmes de l’église catholique et la topographie du monde ne font qu’un. Fixée dans le dessin, l’unité du monde ainsi construite apaise l’angoisse car elle matérialise le salut de son âme.

Ce travail d’élaboration solitaire ne semble ni parasité par des hallucinations ni être guidé par un délire de persécution. Les compétences qu’Opicino a pu acquérir au long de son existence (l’écriture, la géométrie, la cartographie, mais aussi ses acquis intellectuels dogmatiques, ésotériques ou astrologiques) sont conjointement mis en œuvre et concourent à faire émerger une représentation définitivement rassurante de son destin. Chez Opicino, un travail opiniâtre de construction, d’élucidation, où forme et fond se conjuguent, se développe désormais en parallèle à celui de la vie quotidienne. Il est difficile de déterminer si c’est l’angoisse ou la culpabilité qui en est l’aiguillon le plus acéré. Dans les cartes qu’il élabore, les contours, les personnes et les mots à la fois dialoguent et s’ignorent. Ils contraignent le spectateur à résoudre ce qu’il peut percevoir comme étant un rébus. Rébus, en effet, car ces formes ne nous sont pas destinées: rien n’y est présent qui cherche explicitement à faire écho à nos préoccupations, à notre sensibilité. C’est à lui même, au Pape et à Jésus-Christ que s’adresse Opicino, et peut-être aussi à son père.

Surface aux contours déjà contraints à la fois par la matérialité et l’absence de l’animal, le parchemin est un médiateur idéal pour qu’Opicino y inscrive sa quête. Il permet en effet que s’illustre de façon dialectique, en fractal de son espace à la fois libre pour l’écriture et contraint par sa forme, une géographie de la doctrine, une organisation des questionnements, une géométrie de la vérité. L’apaisement de l’angoisse chez Opicino semble requérir non seulement une bijectivité entre forme et fond, symbolique et réel, mais aussi une exhaustivité des problématiques, au risque de la surcharge et de l’illisibilité. Détails graphiques et textuels jouxtent et farcissent littéralement des formes géométriques épurées, symboles d’unité et de vérité. Placés à la manière d’un obsessionnel qui redoute que l’absence d’un détail ôte toute capacité de sens à l’édifice global, ces ajouts témoignent de l’intensité de l’angoisse d’Opicino. Davantage que la psychose, c’est ainsi l’angoisse qui semble être la composante psychopathologique la plus à même de nous éclairer sur l’état mental du scribe lorsqu’il dessine ses planches.

Un courant scientifique émerge depuis quelques années réfutant le fait que l’identification des troubles mentaux ne repose que sur l’observation des manifestations cliniques (4). En effet, un très grand nombre de symptômes observés dans un trouble mental existent aussi dans un autre. De même, deux patients identifiés aujourd’hui comme souffrant d’une même pathologie présentent d’importantes différences en termes d’évolution et de marqueurs biologiques. La génétique, qui avait semblé pouvoir constituer le juge de paix dans l’identification scientifique des maladies mentales, s’avère en réalité éminemment dépendante dans son expression des interactions qu’elle noue avec son environnement. Les aspects culturels et subjectifs des troubles qui avaient un temps été délaissés ont à nouveau les faveurs des chercheurs. Cette approche propose pour définir un trouble mental de combiner l’observation clinique à l’expérience vécue du patient et l’identification de paramètres biologiques spécifiques (biomarqueurs).

La psychose n’échappe pas à ce mouvement conceptuel. Des processus isolés présents dans la psychose comme la capacité d’inhibition, de coordination des informations cérébrales, notamment en ce qui concerne l’activité langagière et symbolique, sont maintenant isolés comme des entités psychopathologiques à part entière. Ces processus cliniques ne sont plus conçus isolément, ils sont désormais associés à des marqueurs biologiques. Ces derniers concernent le cerveau (par exemple le volume ou le type de connections de certaines régions cérébrales), mais correspondent aussi à des anomalies biologiques du corps entier comme l’inflammation, l’immunité, la composition en lipides des membranes (5).

Avec cette approche, il devient tout à fait possible, pour des raisons diverses, de présenter une expression pathologique dans un secteur restreint de son comportement, de ses productions idéiques, de ses affects. Bien entendu, et habituellement, lorsque le processus pathologique est important, ce champ isolé se trouve combiné à d’autres, formant les entités cliniques telles que nous les concevons aujourd’hui. Toutefois, le nombre de ces combinaisons et leur histoire naturelle est beaucoup plus importante qu’on ne l’avait jusqu’alors soupçonné.

Dans le cas d’Opicino, il est possible, pour des raisons qui nous sont actuellement inconnues, que l’épisode de 1334 ait été associé à un changement d’activité cérébrale dans un champ particulier de cette dernière. Il en résulterait une modalité particulière de conception et d’organisation de la réalité telle qu’on l’observe dans la psychose.

Ce qui nous est donné à voir des productions d’Opicino ne doit pas pour autant être considéré comme la simple expression de ce dérèglement —une sorte de représentation graphique du désordre psychique. Ce que nous observons est un travail de reconstruction, d’élaboration, d’élucidation. Bien davantage qu’une inscription, sur un parchemin, du dérèglement du fonctionnement cérébral ou de l’entendement, ce qui nous est donné à voir est une création, création d’un sujet soumis à de nouvelles contraintes de compréhension du monde pour lesquelles il rassemble tous les acquis d’une vie pour donner sens à son présent. Ce qui nous touche aujourd’hui dans les productions graphiques d’Opicino de Canistris c’est justement la puissance créatrice dont il fait preuve —la démarche d’un homme à la fois loin et si proche.»

Philippe Nuss, psychiatre et chercher en biologie moléculaire (CHU Saint-Antoine & Université Pierre et Marie Curie, Paris)

Notes

(1) S. Freud. Métapsychologie, Gallimard,  Paris, 1983 (1915)
(2) Jacques Lacan, « D’une question préliminaire à tout traitement possible de la psychose », dans Écrits, Paris, Seuil, 1966, p. 577
(3) T.R., Insel, «Rethinking schizophrenia», Nature, n°468, novembre 2010, p. 187-193
(4) C. Tamminga et al., «Clinical Phenotypes of Psychosis in the Bipolar-Schizophrenia Network Intermediate Phenotype (B-SNIP)», American Journal of Psychiatry, vol. 170, n°11, novembre 2013, p. 1263-1274
(5) Nuss p., et al., «Abnormal transbilayer distribution of phospholipids in red blood cell membranes in schizophrenia», Psychiatry Researche, vol. 169, n°2, septembre 2009, pp. 91-96

Scénario de Sauve qui peut la vie

Article publié le : lundi 18 avril 2016. Rédigé par : Liliane

http://www.imovies.ge/movies/21284

Bruce Bégout. Orwell et la surveillance

Article publié le : lundi 4 avril 2016. Rédigé par : Liliane

Bruce Bégout. « Orwell et la surveillance ». Extraits de cet article paru dans Philosophie magazine n°98, pp. 80-83

En encadré dans cet article,  un bref rappel de conceptions contemporaines de la surveillance par V. d. O.:

Foucault. « Dans Surveiller et punir, Foucault fait du panoptique de Bentham le modèle des sociétés disciplinaires contemporaines. […] l’individu devient « objet d’une information, jamais sujet dans une communication ». La surveillance s’exerce non seulement sur son corps mais sur ses opinions, ses habitudes, ses craintes. Place au pouvoir « biopolitique ».

Deleuze. « Quand les « sociétés disciplinaires » décrites par Foucault règnent par le mot d’ordre, la « société de contrôle » deleuzienne instaure à sa place le chiffre qui transforme les individus en données, échantillons, marchés. « Le marketing est maintenant l’instrument du contrôle social, et forme la race impudente de nos maîtres. » : la surveillance est désormais continue, appliquée à un individu numérique. C’est la fin de « l’homme enfermé » au profit de « l’homme endetté ».

Agamben. « L’exception devenue permanente n’est plus une hypothèse mais une idée appliquée même en démocratie. Agamben prend l’exemple de la prison de Guantanamo. Ni prisonniers ni inculpés, les detainees relèvent d’une « vie nue » privée de tout statut juridique. La menace terroriste remplace l’ancienne raison d’État par les « raisons de sécurité », posant les bases d’un nouvel « État de sécurité ». Il s’agit d’instaurer un « contrôle généralisé et sans limites ».

Bruce Bégout. Orwell et la surveillance. Extraits de l’article :

« Orwell n’aura de cesse d’observer et d’analyser les nouvelles techniques de manipulation des totalitarismes nazi et soviétiques. […] la pensée totalitaire ne cherche pas à obtenir la simple soumission des individus, elle souhaite leur conformation totale au projet politique. Elle ne veut pas des sujets, mais des adeptes fervents et acritiques. Aussi ne se réduit-elle pas à l’usage de la force qui soumet de l’extérieur les corps récalcitrants, mais elle exige la transformation interne de la sensibilité et de la pensée.

Si Orwell, durant toutes ses années [depuis 1937, guerre d’Espagne jusqu’à 1945], consigne dans ses essais et articles ces avancées techno-politiques dans le pire et met en garde contre ce contrôle de la conscience qu’opèrent la propagande et la police secrète des États totalitaires, ce n’est que dans 1984 [commencé en 1945, publié en 1949, un an avant sa mort], qu’il en tire toutes les conséquences. […] il a constaté que ses compatriotes sous-estiment la menace totalitaire, comme ils ont d’une certaine manière sous-estimé la menace d’Hitler […]. Pour alerter les consciences, […] il convient de combler ce déficit de représentation. La fiction est le meilleur outil pour figurer ce que les Occidentaux sont incapables de mesurer. […] Orwell emploie le roman de l’utopie inversée pour donner à voir l’univers gris, clos et infernal dans lequel un État totalitaire enferme les individus. C’est là que l’imagination vient prendre le relais de l’expérience et permet de présenter dans l’intuition ce qui relève -encore- de la fiction.

S’inspirant de Talon de fer de Jack London et surtout de Nous autres d’Eugène Zamiatine, avec son univers mathématisé et ses maisons de verre, Orwell invente un monde dans lequel la classe des organisateurs, pour reprendre une expression de James Burnham dans The Managerial Revolution, 1941, est totalement soumise à une oligarchie qui organise sa vie, des désirs notamment sexuels et ses pensées. Alors que la masse invisible des prolétaires est presque abandonnée à elle-même, dans les limbes du travail manuel, seuls les employés de l´État  sont soumis au contrôle sévère de leur existence quotidienne. Orwell imagine différents dispositifs qui permettent cette surveillance générale. Notamment le télécran qui permet d’observer chacun chez soi sans que l’on sache si l’on est effectivement observé [panopticon de Bentham]. La réforme technocratique du langage ( le novelangue qui nettoie la langue de sa subtilité, de sa complexité, de sa plasticité et lui substitue l’euphémisme et le mensonge et la police de la pensée. […] on peut supposer que lorsque [la surveillance] parviendra à annihiler tout désir de révolte, 1984 deviendra Le Meilleur des mondes de Huxley ou le pays des Houyhnhnms des Voyages de Gulliver de Jonathan Swift, ce « stade supérieur de l’organisation totalitaire, celui où le conformisme est devenu si général qu’une police est inutile ».

[…] Le régime de surveillance s’en remet à cette persécution passive qu’est le contrôle à distance. C’est le monopole de la définition de la réalité et de la vérité qui est en jeu. La surveillance traque sans cesse les propositions hétérodoxes et favorise leur élimination. C’est une guerre immatérielle qui se déploie ici. La guerre pour le contrôle de l’esprit et la soumission intellectuelle. Le but étant l’acceptation de l’impuissance du plus grand nombre et la reconnaissance de son incapacité à changer la réalité telle qu’elle est produite, médiatisée et légitimée par le pouvoir.

« Le plus effrayant dans le totalitarisme, écrit Orwell dans « À ma guise », un article publié dans Tribune en 1944, n’est pas qu’il commette des atrocités, mais qu’il détruise la notion même de vérité objective: il prétend contrôler le passé aussi bien que l’avenir. »

[…] la morale à tirer de ce dangereux cauchemar est, pour lui qui créa en 1945 le Freedom Defence Commitee, qu’il faut résister au déploiement de cette nouvelle tyrannie, de cette puissance technique des États qui, recherchant le « pouvoir et non l’argent », considère les citoyens comme des criminels potentiels à surveiller.

Une fiction en deçà de la réalité [à débattre]

[…] le système de surveillance ne se limite pas au télécran, il implique à présent tous les objets technologiques qui, étant interconnectés, échangent continuellement des informations, localisent leurs utilisateurs et stockent des données. Le télécran, qui observe Winston Smith, est pour ainsi dire sorti du salon et se balade désormais partout avec nous, sous la forme de multiples objets mouchards. En outre, la surveillance n’est plus verticale, l’apanage de l’État, libéral, ou autoritaire, ce qui dans le cadre des situations d’urgence, revient au même, mais elle devient horizontale, un élément fondamental et quotidien du traitement commercial des données [Deleuzie plus haut] et de l’inter contrôle des utilisateurs eux-mêmes. […]  les individus eux-mêmes sont à la fois surveillés et surveillants, car ils subissent l’espionnage technologique et y participent en signalant, repérant, filtrant. Il ne s’agit pas ici de minimiser la politique de surveillance généralisée des États, et qui doit être strictement encadrée par la loi et le respect des droits fondamentaux des individus – même si l’on peu se demander si elle est aussi forte et efficace qu’on se la représente parfois dans de grands fantasmes dystopiques- mais de souligner que la surveillance marchande et interpersonnelle semble autrement plus présente et prégnante dans nos vies. » Bruce Bégout