-- Übersicht » 2010 » septembre

Archives septembre, 2010

25 septembre 2010. Mike Kelley: Mobile Homestead

Article publié le : samedi 25 septembre 2010. Rédigé par : Liliane

On Saturday 25 September 2010, Mike Kelley’s Mobile Homestead makes its maiden voyage from its new home in Midtown Detroit (on the grounds of MOCAD) to return to the “mother ship”, the original Kelley home in the suburbs (of which it is a replica). On its way down Michigan Avenue, one of Detroit’s main arteries and passageway to the western suburbs, the mobile home will pass through some of the city’s most historic neighborhoods…
http://www.artangel.org.uk/news/mobile_homestead
http://www.artangel.org.uk//projects/2010/mobile_homestead/mobile_homestead/about_the_project

16 — 19 septembre 2010. San Jose. CA. Build Your Own World

Article publié le : jeudi 16 septembre 2010. Rédigé par : Liliane

«The future is not just about what’s next. It’s also about what we can build to ensure that what’s next matters. How can we, as resourceful, innovative, and knowledgeable local and global citizens build and participate in a desirable future in the face of global climate change, economic meltdown, political instability, and cultural divisiveness?» Yo!
http://01sj.org/
Le curator est Steve Dietz > http://www.medienkunstnetz.de/artist/dietz/biography/

Quelques artistes «classieux»


Molly Berg et Stephen Vitiello. «The performance will draw on materials from the duo’s CD, The Gorilla Variations as well as new material related to Vitiello’s trip to Fort McMurray, Canada in search of the elusive Aurora Borealis. The combination of Vitiello’s undeniable talent for creating compelling sound works coupled with Molly Berg’s lush vocal elements along with clarinet and field recordings delivers a wonderful performance of playful sound that combine with processed guitars and other instruments.»
http://boomkat.com/cds/182164-molly-berg-stephen-vitiello-the-gorilla-variations#


Blast Theory artists (l to r) Nick Tandavanitj, Matt Adams and Ju Row Farr. Image courtesy of the artists.
«A Machine To See With
(2010) is their new work for pedestrians and their mobile phones. Keep your eyes peeled. Don’t walk into any traps. Other people seem to be in on this. Mixing documentary material, stolen thriller cliches and the films of Jean-Luc Godard it invites you to become someone else. Step inside a film as you walk through the city, receiving phone calls. Are you the protagonist or a bit part player? Start making decisions and you will find out. The voiceover is on the end of the telephone line and in your head. For now you are anonymous, no one knows you are here. But it cannot last. People are watching and soon enough they will notice you. You may choose to hide or you might choose to step into view, undisguised and defiant.»

David Shrigley. An Important Message

Article publié le : mardi 14 septembre 2010. Rédigé par : Liliane

Le gouvernement britannique de coalition a proposé une coupe de 25% dans le budget de la Culture. Save The Arts regroupe 2000 organisations et lance une pétition. David Shrigley,  an important artist,  lance une première œuvre, Un Important Message dans laquelle il est dit «Les arts sont à la Grande Bretagne ce que le soleil est à l’Espagne. […] Tracey Emin vaut bien un camion de pompiers.»
http://savethearts-uk.blogspot.com

David Shrigley Un Important Message, anim, 2010

14 septembre 2010. New York. Raqs Media Collective

Article publié le : mardi 14 septembre 2010. Rédigé par : Liliane

Raqs Media Collective: Shuddhabrata Sengupta. Notes for a Biology of Numbers: Birds, Beasts and Games with Forms.
What does it mean to sustain a multiplied and divided practice in contemporary art? What does an abundance of methods and forms add to artists’ understanding of the world they inhabit and of their own work? In this lecture, Shuddhabrata Sengupta, a member of the Raqs Media Collective will present the collective’s ongoing reflections on its methods, processes and current curiosities, in the context of the exhibition Raqs Media Collective: The Surface of Each Day is a Different Planet*.
Since 1992, Raqs has traversed a varied terrain—from video to installation, to text image assemblages, to performance and encounters, to online media objects—Monica Narula, Jeebesh Bagchi, Shuddhabrata Sengupta see different forms and disciplines like chemists would see elements, or a biologist the natural world. By combining elements, by observing mutations where they occur, and by keeping a close watch on the way in which the world courses through their triangular consciousness, the Raqs Media Collective generates motives for its continuity and its pleasure.
Raqs Media Collective?s talks began manifesting themselves as a way of sharing notes from research and backstories of artworks with their publics in different parts of the world: in order to tell stories, and leave them half told, with space and time for listeners to fill them in as they fancied.
Located at the intersections of contemporary art, historical enquiry, philosophical speculation, research and theory, Raqs lives and works in New Delhi, based at Sarai – Centre for the Study of Developing Societies (www.sarai.net), an initiative they co-founded in 2000.
They have exhibited extensively in the context of large-scale international exhibitions such as Documenta 11, the Venice Biennial, and the Liverpool Biennial and in major art spaces such as Serpentine Gallery, Taipei Fine Arts Museum, and the Walker Arts Center. Raqs were co-curators of Manifesta 7 in 2008. Seepage, a collection of their essays and image-text works, has been recently published by Sternberg Press.

http://www.raqsmediacollective.net/
http://latitudes.walkerart.org/artists/index2815.html
http://www.manifesta7.it/pages/657763594

* The Surface of Each Day is a Different Planet. September 16 – October 30, 2010
e-flux presents an installation by Raqs Media Collective that combines historical photographs (from the Galton Collection at University College, London, and the Alkazi Collection, New Delhi) and video, animation, and sound. Stories leak, histories collide. Bones, bodies, faces, and handwriting blur. Crowds gather and move. Open-ended and anti-documentary, The Surface of Each Day is a Different Planet builds sequential scenarios that move across time and space, while considering collectivity, anonymity and the question of identity through history, fantasy and speculation.Presented within a setting suggestive of a lecture hall, there is the anticipation of discourse: chairs and microphones are found on raised platforms yet speakers are absent. The presentation evokes the lecture-performance format commonly employed by the artists, but they, their bodies themselves, have somehow disappeared. Their voices are left behind, along with entire cabinets of curiosities.What happens when you layer one time on to another time? Do you get two times at once, or, do you register some other, singular temporal experience, analogous to the mysteriously singular ‘composite’ portrait of many individuals, which is neither a sum of the parts of the photographs of many faces, nor an average but a ‘new’ different face, which looks as if it belonged to a unique life. A life never lived, but made manifest as a photographic accident. Can there be a time made of juxtapositions, a time never experienced, but made serendipitously manifest by interpretative accidents? By the careful cultivation of chance encounters in scattered archives.

Raqs is a word in Persian, Arabic and Urdu and means the state that “whirling dervishes” enter into when they whirl. It is also a word used for dance. At the same time, Raqs could be an acronym, standing for ?rarely asked questions?…! The Surface of Each Day is a Different Planet was commissioned and exhibited at the Art Now: Lightbox in 2009 by Tate Britain.

11 septembre. Remember Zied Benna et Bouna Traoré

Article publié le : samedi 11 septembre 2010. Rédigé par : Liliane


Jean-Pierre Mignard avocat des familles de Zied Benna et Bouna Traoré regrette vivement la demande de non-lieu pour les policiers mis en cause dans la mort des deux jeunes en octobre 2005, dans un site EDF à Clichy-sous-Bois.


Europa 2005, cinétract de Jean-Marie Straub et Danielle Huillet  (2006). Le 27 octobre 2005 à Clichy-sous-Bois, trois jeunes garçons affolés, poursuivis par la police, se réfugient dans le périmètre interdit d’un transformateur électrique.
Deux vont mourir, brûlés vifs, Bouna et Zyed.

Tenori-On solo performance by its creator Toshio Iwai

Article publié le : mardi 7 septembre 2010. Rédigé par : Liliane


On l’a testé à l’ICC à Tokyo.

Nous sommes tous des artistes contemporains…

Article publié le : jeudi 2 septembre 2010. Rédigé par : Liliane

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.


Don DeLillo reçu par Laurent Goumarre, Le Rendez-vous, France Culture, 27 décembre 2010

Mathieu Lindon a lu Point Oméga, Don DeLillo, (Libération 2 septembre 2010)
«Nous sommes tous des artistes contemporains. C’est une sorte d’au-delà du postmodernisme que propose Point Oméga, le dernier et bref roman de Don DeLillo […] Un jeune cinéaste veut faire un film sur un intellectuel que le gouvernement Busch a recruté pour l’aider dans la conception de la guerre en Irak, puis que les républicains ont lâché parce qu’il ne faisait plus l’affaire. Le jeune cinéaste veut qu’il raconte face à une caméra en plan fixe, devant un mur. « Une conversation sur un lit de mort Voilà ce que vous voulez la fatuité, la vanité de l’intellectuel […] Vous voulez filmer un homme qui s’effondre », dit le vieil homme au jeune sans avoir encore accepté ou refusé la proposition. Si le cinéaste s’intéresse tant à l’intellectuel, c’est que cet Elster a écrit un article intitulé « Redditions », dont la première phrase était « Un gouvernement est une entreprise criminelle ». « La vraie vie n’est pas réductible à des mots prononcés ou écrits, par personne, jamais. La vraie vie a lieu quand nous sommes seuls, à penser, à ressentir, perdus dans les souvenirs, rêveusement conscients de nous-mêmes, des moment infinitésimaux » estime Elster à l’ouverture du premier chapitre. Nous sommes tous des artistes contemporains et vivre sa vie réclame un talent qui n’est pas donné à tout le monde.
Mais avant le premier chapitre, il y en a un autre, intitulé « Anonymat » et un chapitre « Anonymat 2 », situé le lendemain dans le même lieu, clôt le livre. Ce lieu est le Museum of Modern Art de New York. Dans une salle obscure, sur un écran de trois mètres sur cinq, est diffusé le film Psychose d’Hitchcock, en une projection tellement ralentie qu’elle dure 24 heures. Don DeLillo précise dans une note finale que 24 Hour Psycho, œuvre vidéo de Douglas Gordon, fut installé au Moma l’été 2006. C’est comme si chaque image, chaque mouvement devenait indépendant des autres. « C’était comme les briques d’un mur, qu’on peut dénombrer distinctement, pas comme le vol d’une flèche ou d’un oiseau. Là encore, ce n’était ni semblable à autre chose, ni différent. » Comment attraper la réalité à travers Psychose? « Tout le monde se rappelle le nom du tueur, Norman Bates, mais personne ne se souvient du nom de la victime. Antony Perkins est Norman Bates, Janet Leigh est Janet Leigh. » Des spectateurs passent durant la projection, qu’on retrouvera. « Lumière et son, totalité sans paroles, la suggestion au-delà du film, l’étrange réalité criante qui respire et mange là-bas, cette chose qui n’est pas du cinéma. » Cette littérature qui ne serait pas de la littérature à laquelle aspire Don DeLillo.
L’intrigue du roman se déroule dans la maison d’Elster, en plein désert américain, dans un huis clos pas si clos où le jeune cinéaste et le vieil universitaire sont vite rejoints par la fille du propriétaire. De qui est-il question? De l’Irak, de la guerre, mais aussi du temps qui passe ou pas, du « temps pur », et de la « terreur habituelle ». Et de l’art, du cinéma, de la littérature. « Pour Elster, le coucher du soleil était une invention humaine, l’arrangement perceptuel auquel nous procédions pour que la lumière et l’espace se muent en éléments d’émerveillement. » Elster pour qui le verbatim des mots qu’il prononce dans son sommeil en dirait plus long sur lui que la plus longue biographie et serait « littérature ». Elster, cet « outsider privilégié » qui a « échangé la « Division des opérations spéciales » du Pentagone « contre de l’espace et du temps. Deux choses qu’il semblait absorber par tous les pores ». Tandis que Jessie, la fille, aime les vieux films à la télévision, y « guette le moment où un homme va allumer la cigarette d’une femme ». « On dirait qu’ils ne font que ça, dans les vieux films, les hommes et les femmes. »
Enfant, Jessie avait une particularité que raconte son père, « elle remuait un peu les lèvres en répétant intérieurement ce que je disais ou ce que sa mère disait. […] Entre le mouvement de ses lèvres et celui des miennes s’opérait une quasi-synchronisation. […] Les yeux fixés sur ma bouche, observant mes lèvres, remuant les siennes. » Et la spectatrice d’un moment de 24 Hour Psycho, à la fin du roman: « Je lisais ce que disaient les gens sur leurs lèvres, dit-elle. Je guettais leurs lèvres et je savais ce qu’ils disaient avant qu’ils l’aient dit. Je n’écoutais pas, je regardais seulement. C’était ça le truc. Je pouvais bloquer le son à volonté, pendant qu’ils disaient ce qu’ils disaient. » Le truc, c’est aussi de trouver « le point oméga », notion héritée de Teilhard de Chardin et qui est un « paroxysme », un « bond hors de notre biologie ». Il s’agit de révolutionner la communication, entre les êtres mais pas seulement. « Puis nous partîmes faire le plein en ville, et nous fûmes bientôt en route parmi les zones de faille et entre des amoncellements de rochers tourmentés, l’histoire qui défile par la vitre, les montagnes qui se forment, les mers qui reculent. »» Mathieu Lindon


Don DeLillo••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••Mathieu Lindon