-- Übersicht » 2014 » avril

Archives avril, 2014

Nature after Nature

Article publié le : mercredi 30 avril 2014. Rédigé par : Liliane

http://www.e-flux.com/announcements/nature-after-nature-and-maha-maamoun/
https://itunes.apple.com/fr/app/e-flux/id528983893?mt=8

20140501-203259.jpg

Droguez-vous avec modération

Article publié le : lundi 28 avril 2014. Rédigé par : Liliane

Droguez-vous avec… libération
BRUNO SPIRE PRÉSIDENT D’AIDES, OLIVIER MAGUET VICE-PRÉSIDENT DE L’ASSOCIATION FRANÇAISE DE RÉDUCTION DES RISQUES (AFR) ET FABRICE OLIVET DIRECTEUR D’ASUD, MEMBRE DE LA COMMISSION NATIONALE DES PSYCHOTROPES ET DES STUPÉFIANTS DE L’AGENCE NATIONALE DE SÉCURITÉ DU MÉDICAMENT ET DES PRODUITS DE SANTÉ (ANSM) 27 AVRIL 2014 À 18:06
Quelle surprise de trouver dans l’un des derniers journaux de gauche, ce slogan : «Droguez-vous avec modération». Un slogan qui sert de colonne vertébrale depuis vingt ans à la lutte contre la pénalisation des drogues, et qui nous vaut d’être voués aux gémonies par tous les chevaliers de l’ordre moral, éditorialistes de Valeurs actuelles ou députés de l’UMP qui, ô surprise ! flirtent outrageusement avec la Manif pour tous.
Le pavé dans la mare, lancé par la une de Libé, rompt avec un tabou fondamental : celui de la légitimité de l’ivresse quel que soit le moyen utilisé. Oui ! Nos contemporains consomment volontiers du cannabis, occasionnellement de la coke, du MDMA [famille des amphétamines, ndlr] et toutes sortes de stimulants de synthèse fournis par Internet. Oui ! Ils le font majoritairement pour le fun. Oui ! Ils sont contents lorsque le produit est de bonne qualité, c’est-à-dire toxique en langage policier. En effet, une dichotomie absurde veut que la «bonne dope» soit nécessairement qualifiée de poison par les autorités. C’est le cœur du sujet.

Du sida à la légalisation des opiacés. Pour autant, Libé oublie tout de même de mentionner que le mur prohibitif est sérieusement fissuré depuis la fin du siècle dernier par une mine explosive nommée «sida». La déflagration n’a pas fini de provoquer des secousses de par le monde. Le Vietnam, la Fédération de Russie, et, demain, la Chine sont touchés là où ça fait mal, aux défauts de la cuirasse, sur le terrain des drogues et sur celui de l’homosexualité. Pour mémoire, le dernier écho français de la déflagration a permis le vote du Mariage pour tous. En matière de drogue comme d’homosexualité, le sida fut et reste un casse-tête pour les soldats de l’ordre moral.

Abritée derrière le tragique virus, la France a subrepticement mis en place une politique ignorée du grand public, baptisée «réduction des risques liés à l’usage de drogue». Protégée par ce bastion, elle a légalisé les opiacés, au point que l’héroïne, ce fléau des années 80, est devenue une substance rare et chère, remplacée dans la rue par diverses préparations médicamenteuses beaucoup moins mortelles et, surtout, beaucoup plus abordables comme le Subutex ou le Skenan. Avec 160 000 consommateurs réguliers d’opiacés rebaptisés, «patients du système de soin», la France détient le record de consommateurs d’opiacés encartés à la sécurité sociale, et dont le nombre va croissant selon les chiffres de la CPAM. Cette «légalisation» est tellement discrète que la plupart de nos concitoyens n’en ont pas conscience, alors qu’ils sont abreuvés quotidiennement de polémiques au couteau sur les progrès de la consommation de cannabis, nouveau fléau du XXIe siècle. Non, les seuls qui s’intéressent à nos résultats déconcertants en matière de traitements de substitution aux opiacés – c’est le libellé politiquement correct – sont nos collègues de l’étranger, croisés dans les meetings internationaux, impressionnés à la fois par le libéralisme de notre système et par ses résultats incontestables en termes de santé publique. En France, n’importe qui peut entrer dans un cabinet médical et ressortir, dix minutes plus tard, avec une prescription d’un mois d’opiacés de synthèse. Ces patients sont vos cousins, vos collègues, ils sont salariés, ont des enfants, mais le vrai scoop, c’est qu’ils sont vivants.

Car oui ! Libé oublie de préciser, au grand dam des gérontologues, que les drogués ont cessé de mourir jeunes. Autrefois, l’impitoyable prohibition condamnait les utilisateurs de substances prohibées à mourir ou à décrocher. Aujourd’hui, un journal comme Asud, financé (mal) par le ministère de la Santé peut titrer dans son numéro 50 : «Ces 50 drogues que nous avons testées pour vous». Les équipes de volontaires de Techno + forment un pool de techniciens dont la mission est de sillonner la France pour aider aux décollages et à l’atterrissage des psychonautes amateurs de rassemblement festif. Aides et MDM peuvent mener des programmes d’intervention et de recherche sur l’accompagnement à l’injection comme outil de réduction des risques. Ces actions sont toutes approuvées ou financées par l’Etat. Mais oui, le sida a permis cela et bien d’autres choses.

Mais ça, c’était avant ! Toutes ces avancées reposaient sur une pandémie qui, maintenant en France, est sous contrôle. Sa petite sœur, l’hépatite C, largement diffusée par le même canal criminel de la prohibition des seringues, va probablement être contenue par une nouvelle génération de traitements efficaces à plus de 90%. Plus possible d’avancer derrière la crainte des virus qui constitue la base de notre abri réglementaire, car la loi, qui légalise la réduction des risques, votée en 2004, est explicitement motivée par la lutte contre le sida et les hépatites. Pour nous droguer avec modération, nous ne pouvons plus nous cacher derrière notre petit doigt viral.

Le retournement de tendance. Alors, ce chant de victoire, entonné par Libération, qui prétend reconnaître toutes les ivresses comme légitimes est certes revigorant, mais comme tous les hymnes, il est aussi résolument incantatoire. Pochtrons un soir, tripés le lendemain, sous anxiolytique le mois suivant. C’est un discours tendance. Mais une tendance, ça se retourne. La médecine spécialisée, rebaptisée «addictologie» après avoir perdu une bataille sous l’uniforme de la «toxicomanie», n’a pas renoncé à gagner la guerre contre la drogue. L’académie de médecine ne parle que de la schizophrénie postcannabique, la commission des stupéfiants n’a jamais autant classé de substances dans la rubrique poison et nos amis les Tontons flingueurs seraient perçus comme un quarteron de vieux fachos vautrés dans un binge drinking libidineux. Le tir de barrage engagé par Libé est contrebattu par un discours antithétique qui cible la «polytoxicomanie» de la jeunesse, fait la fête sans alcool car elle est plus folle, et a retiré sa clope à Lucky Luke et sa pipe à Jacques Tati. Foucault évoquait le spectre du biopouvoir avant de mourir du sida, la maladie politique qui a révélé les multiples liens entre le sanitaire, la discrimination, l’ordre moral et, on le dit trop rarement, le racisme. La lutte contre la drogue et les addictions cache une sale guerre menée contre certaines populations et dont les objectifs sont situés au-delà de la question de l’hypothétique degré de toxicité de certaines substances. Elle ravage nos «quartiers sensibles», gangrène notre économie, exacerbe les tensions communautaires. Bref, elle n’a cure d’aucune modération. Au contraire, elle ne se réalise que dans l’excès. Comme le dit si bien Michelle Alexander dans son best-seller, The New Jim Crow : «La guerre à la drogue n’a jamais été conçue pour soigner les personnes addictes !»

Bruno SPIRE Président d’Aides, Olivier MAGUET Vice-président de l’Association française de réduction des risques (AFR) et Fabrice OLIVET Directeur d’ASUD, membre de la commission nationale des psychotropes et des stupéfiants de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM)

Deleuze Guattari. Qu’est-ce que la philosophie.

Article publié le : lundi 28 avril 2014. Rédigé par : Liliane

20140428-005422.jpg
La deuxième édition avec la photo des deux auteurs.
http://www.leseditionsdeminuit.fr/f/index.php?sp=liv&livre_id=2316
Commencer la lecture par la conclusion : « Du chaos au cerveau »…

Deux Daho Songs

Article publié le : lundi 28 avril 2014. Rédigé par : Liliane

La 5 et la 8 http://dahofficial.com/wordpress/discographie/les-chansons-de-linnocence/

5. La peau dure
(Etienne Daho/ Jean-Louis Piérot- Etienne Daho) Satori Song

Bien sûr, je connais tes plaies, tes blessures. Cyanure, tes souvenirs ont la peau dure. Fêlures, à chacun son chemin, chacun ses déchirures. Mais je les ressens comme toi. Fractures, pousser seul sur un tas d’ordures. Torture, redouter d’être une imposture. Froidures qui nous gercent le coeur et rouillent les jointures. Oui je les ressens. Quand les larmes de l’enfance toute la vie sont murmures où sont l’épaule et les mots qui te rassurent ? Oui les armes de l’enfance, te font le cuir et l’armure et assèchent les rivières que tu pleurais hier. Griffures, je lèche ta triste figure. Morsures, ton sang et ses éclaboussures. Roulures et salauds qui peu à peu nous ont à l’usure. Oui je les ressens. Quand les larmes de l’enfance toute la vie sont murmures, où sont l’épaule et les mots qui te rassurent? Oui les armes de l’enfance, te font le cuir et l’armure et assèchent les rivières que tu pleurais hier. Bien sûr, je connais tes plaies, tes blessures. Cyanure, tes souvenirs ont la peau dure. Fêlure, à chacun son chemin, chacun ses déchirures. Mais je les ressens comme toi…
http://www.canalplus.fr/c-divertissement/c-musique/pid5065-live-du-grand-journal.html?vid=1012911&sc_cmpid=TWShare

8. Un bonheur dangereux
(Etienne Daho/ Jean-Louis Piérot- Etienne Daho) Satori Song

Les compagnons du soir dorment à la belle étoile, là sous les ponts de la nuit, à Paris Village, le miroir de la Seine, les lueurs des lampions, fuient le poison sans visage d’un ciel sans nuage, fredonnent la la la, Ô la douceur de ce futur incertain. La la la, trahir sa route, fracasser son destin. Les compagnons du jour, tête dans les nuages, provoquent bien des carnages, des carambolages. Les fusils silencieux, hobos à l’unisson, redoutent tous les ravages d’un ciel sans nuage, fredonnent la la la, aveuglés par un grand soleil radieux. La la la, crever d’une O.D. de ciel bleu. Mais de loin, préférer encore un bonheur dangereux, c’est en allant trop loin que l’on avance un peu. Oui sans fin rechercher un bonheur dangereux, c’est en plongeant trop bas que l’on s’élève un peu. Les compagnons du soir ont une bonne étoile et sous les ponts de minuit, en rien ne partagent, l’ambition du vainqueur, la sueur du champion et le poison sans visage d’un ciel sans nuage, fredonnent la la la, aveuglés par un grand soleil radieux, la la la, crever d’une O.D. de ciel bleu. Mais de loin, préférer encore un bonheur dangereux, c’est en allant trop loin que l’on avance un peu. Oui sans fin rechercher un bonheur dangereux, c’est en plongeant trop bas que l’on s’élève un peu. Là sous ton parapluie, les mirages s’amoncellent et le gris, cage hérissée de cris, où l’on joue pâle parodie de paradis, en sursis. Mais de loin, préférer encore un bonheur dangereux, c’est en allant trop loin que l’on avance un peu. Oui sans fin rechercher un bonheur dangereux, c’est en plongeant trop bas que l’on s’élève un peu. C’est en allant trop loin que l’on avance un peu. C’est en plongeant trop bas que l’on s’élève un peu. La la la…

Clematis Marie Boisselot

Article publié le : samedi 26 avril 2014. Rédigé par : Liliane

Synonym: C. Madame Le Coultre

20140426-093158.jpg

Martine Bouchier. Herboriser le bitume

Article publié le : mardi 22 avril 2014. Rédigé par : Liliane

Bel article de Martine Bouchier, sur le thème rebattu «Visites, déambulations, dérives, Paris, une ville sans coordonnées»
http://territoiresthetiques.files.wordpress.com/2014/01/visites-dc3a9ambulations-dc3a9rives-paris-une-ville-sans-coordonnc3a9e-2006.pdf
Il est mentionné dans l’article, la proposition de promenades de Jacques Fillon:
«Deux comptes-rendus de dérive publiés en 1955 dans les n°7 et 8 de la revue belge Les Lèvres nues*, furent repris plus tard dans les n°1 et n°2 de l’Internationale Situationniste. Le premier, intitulé Description raisonnée de Paris et sous titré : Itinéraire pour une nouvelle agence de voyage est un court guide commentant une dizaine d’itinéraires « exotiques » se parcourant à pied à partir du QG des lettristes installé à la Contrescarpe. Son auteur Jacques Fillon y applique à la lettre la théorie de la dérive [«bien menée»]
* Jacques Fillon, Description raisonnée de Paris, itinéraire pour une nouvelle agence de voyage, Les lèvres nues n° 7, Bruxelles, Marcel Mariën, 1955, voir l’exhaustive bibliographie élaborée par Shigenobu Gonzalvez, op. cit., p. 76.
… Promenades à faire… L’esprit n’en est ni situ, ni surréaliste, plutôt walserien, avant la lettre. [http://www.editionszoe.ch/livre/seeland]

fillon640
Jacques Fillon, Description raisonnée de Paris, itinéraire pour une nouvelle agence de voyage

satieArcueil2
Autre proposition de promenade: l’aller-retour Arcueil-Paris, plutôt rousseauiste [Le Rousseau qui prend des notes sur des cartes à jouer], d’Éric Satie

Maintien de la conversation

Article publié le : mardi 22 avril 2014. Rédigé par : Liliane

conversation
conversation2
http://www.daseinsanalyse.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=3&Itemid=8
Retour à Binswanger, Warburg…http://lantb.net/uebersicht/?p=3470

Charlotte Szlovak. Cinéaste

Article publié le : lundi 21 avril 2014. Rédigé par : Liliane

Charlotte Szlovak participait au séminaire du Labex d’Hélène Fleckinger
Qu’en est-il de son projet http://www.cnc.fr/c/journal/view_article_content?groupId=18&articleId=33234&version=1.0
Fragments sur La Borde de Charlotte Szlovak & AMIP
Contact Xavier Carniaux : 01 48 87 45 13
Ce film documentaire est un retour à la clinique psychiatrique de La Borde, dans le Loir-et-Cher, à partir de bandes tournées dans les années 74/75, au cours d’un atelier vidéo que j’animais. Ces bandes arrachées à l’oubli serviront de déclencheur pour faire ressurgir le passé de cette institution hors norme, interroger les derniers témoins autour du suicide d’un jeune poète qui y était soigné, raviver le souvenir de Félix Guattari, mais aussi questionner l’avenir avec le Dr Oury, qui dirige cette clinique depuis bientôt 57 ans.

Research Reveals Artists’ Brains May Be Structured Differently

Article publié le : vendredi 18 avril 2014. Rédigé par : Liliane

http://hyperallergic.com/121113/research-reveals-artists-brains-may-be-structured-differently/

Abécédaire de Deleuze. D comme désir

Article publié le : dimanche 13 avril 2014. Rédigé par : Liliane


« L’anti-Œdipe [1972] est un bon livre à redécouvrir » dit Deleuze, dans le film, en 1988…