Green Attitude

Vous consultez actuellement les archives pour le thème Green Attitude.

https://www.hao.nu/works/073_tree-ness-house/

http://www.alicerawsthorn.com

2021

talks and debats

Women in Design
Vitra Design Museum, Wiel-am-Rhein, Germany – by Zoom
18 November 2021
Here We Are! is an exhibition of the Vitra Design Museum dedicated to the stories of women in design since 1900. Alice will participate in a panel on the gender politics of design with the exhibition’s curator Viviane Stapmanns and the designer and curator Matylda Krzykowski.
More information

Design as an Attitude

Brunei Design Week, Brunei – by Zoom
16 September 2021
Design as an Attitude is the theme of Brunei Design Week 2021, which is organised by the University of Brunei Darussalam. Alice will give the keynote lecture on the opening day of BD2021 to discuss the impact of attitudinal design on current practice and future possibilities.
More information

http://designweek.com.bn/index.html

The Design Week 2021 (DW21)is an annual event organised by the Faculty of Arts and Social Sciences, Universiti Brunei Darussalam in collaboration with industry professionals in Brunei, with the objective to discuss the importance of design practice in the development of the creative industries and other economic sectors of local, regional and global economy. The event will be held from 16 to 26 September 2021.

Departing from the bold statement “design is not a profession but an attitude” by László Moholy-Nagy in his book entitled “Vision in Motion” (1947), we take design practice as a response to a world of intense economic, social, political, cultural and ecological instability. Design cannot be governed by profit and development at all cost. Design must be driven by global welfare, promote equity, inclusion, and proactively present solutions for global problems such as social crises, environmental issues, access to education, and dysfunctional systems.

Design practice increasingly uses digital resources but never overlooks human interaction, socialisation and direct dialogue in an environment of tolerance, acceptance, mutual respect and understanding.

The Design Week will focus on four main areas:
Sustainable Design. Discusses the ecological balance between innovation and the environment and presents proposals towards sustainable lifestyles.
Creative/Smart Cities. Explores the integration of digital technologies and the transformation of urban spaces.
Cultural Identity. Analyses the impact of design in the preservation and safeguarding of cultural traditions, values and traditional knowledge.
Future of Design Work. Inquires into the rise of new modalities of design practice and the integration of design products and services across different economic sectors.

« Modifier nos modes de consommation et de production implique un changement d’échelle »

Le directeur de l’Agence française de développement juge urgent de réformer les investissements

ENTRETIEN

Quels financements sont aujourd’hui dévolus à la nature et quels investissements sont nécessaires ? Par quels moyens est-il possible de mobiliser ces ressources ? C’est pour répondre à ces questions que l’ONG internationale Global Canopy publie lundi 11 janvier, à l’occasion du One Planet Summit, LePetit Livre de l’investissement pour la nature, en collaboration avec l’Agence française de développement (AFD). Pour le directeur général de cette dernière, Rémy Rioux, il est urgent de réformer les subventions néfastes.

Que peut apporter ce guide ?

La question des financements sera un enjeu crucial de la conférence mondiale sur la biodiversité (COP15). Pour que l’on obtienne le meilleur accord possible en Chine fin 2021, il faut qu’il y ait de l’ambition et de l’innovation du côté des instruments financiers. C’est un élément-clé pour rendre les discussions concrètes et donner confiance aux différentes parties. Ce guide permet d’apporter de la clarté sur les enjeux et de tracer le chemin à parcourir.

A combien évalue-t-on les besoins de financements ?

De façon schématique, nous avons besoin de 1 000 milliards de dollars [819 milliards d’euros] par an d’ici à 2030 pour protéger un tiers de la planète et mettre en place un système de production et de consommation qui préserve la nature. Or nous avons aujourd’hui environ 150 milliards par an, soit 15 % de ce qui est nécessaire. Il faut faire des progrès significatifs. Avec deux problèmes majeurs à régler : 80 % des financements actuels sont publics ; et l’essentiel de ces flux concerne les seuls pays de l’OCDE. Il faut les réorienter vers le Sud, où se trouvent les plus grandes richesses biologiques.

LePetit Livre propose une palette d’options pour parvenir à résorber le déficit. Quelles sont les plus importantes ?

D’abord réorienter les subventions néfastes. Aujourd’hui, pour un euro dépensé pour préserver la biodiversité, on en dépense cinq ou six dans des mécanismes publics destructeurs de la nature. Ce mouvement simple, sans surcoût, permettrait de doubler le financement public de la biodiversité.

L’autre grand sujet, c’est de transformer les investissements privés pour les rendre plus protecteurs. Les banques publiques de développement doivent jouer ici pleinement leur rôle et créer un effet d’entraînement. Nous avons lancé une coalition rassemblant les 450 banques publiques de développement au monde pour plus d’investissements de qualité et pour inciter le secteur privé à suivre.

Quel rôle peut avoir la finance dans la transformation en profondeur de nos systèmes de production et de consommation ?

Jusqu’à une date très récente, la biodiversité, c’était la conservation et les aires protégées. C’est indispensable, mais on ne réussira pas à protéger la planète uniquement avec cet instrument. Dès que l’on parle de modifier nos modes de consommation et de production, cela implique de nouvelles alliances et un changement d’échelle.

La question de la métrique, de la redevabilité, de ce qu’est la finance biodiversité devient alors centrale. La « task force on nature-related financial disclosures » [un groupe de travail sur la publication d’informations financières relatives à la nature dont le lancement devait être annoncé lors du One Planet Summit], que l’AFD appuie, est très importante pour mettre en place des règles de suivi. Nous avons besoin d’un cadre commun.

En quoi la convergence climat-biodiversité est-elle importante ?

Il faut s’appuyer sur la force politique qui existe autour des questions climatiques et faire progresser la finance [liée à la protection de la] biodiversité à mesure que la finance [liée celle du]climat augmente. D’ici à 2025, 30 % des financements climat de l’AFD auront un bilan directement positif pour la nature. Si la Banque mondiale, la China Development Bank ou la BNDES brésilienne rejoignent ce mouvement, cela peut faire une réelle différence. Un signal financier positif donne confiance dans la possibilité de la transition.

De nouveaux engagements pour protéger la biodiversité

Laurence Caramel et  Perrine Mouterde in Le Monde

« Le One Planet Summit, organisé par la France, est le premier rendez-vous d’une année cruciale pour la protection de la nature. Impulser un élan politique mondial pour que 2021 soit bien la « super année de la biodiversité » que 2020 n’a pas pu être. Telle est l’ambition du One Planet Summit organisé par la France, dans un format mi-virtuel mi-présentiel. Alors qu’une nouvelle feuille de route pour protéger le vivant doit être adoptée à la fin de l’année en Chine, lors de la 15e Conférence des parties (COP) de la Convention de l’ONU sur la diversité biologique, une trentaine de décideurs (la chancelière allemande, Angela Merkel, le premier ministre britannique, Boris Johnson, le premier vice-premier ministre chinois, Han Zheng, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen…) devaient énoncer de nouveaux engagements, lundi 11 janvier.

Protection des écosystèmes, agroécologie, financements et liens entre déforestation, espèces et santé : quatre des sujets-clés des négociations visant à élaborer le nouveau cadre mondial pour la prochaine décennie sont à l’agenda de ce One Planet Summit – une initiative lancée en 2017 par le président français, Emmanuel Macron, en partenariat avec l’ONU et la Banque mondiale. « Ce rendez-vous est important en termes de mobilisation politique avant le congrès mondial de l’Union internationale pour la conservation de la nature [prévu en septembre à Marseille] et la COP15, explique Sébastien Moncorps, le directeur du comité français de l’UICN. Pour obtenir un accord ambitieux fin 2021, il faut créer des coalitions d’acteurs pour entraîner les pays dans une dynamique positive. »

L’une de ces alliances, la Coalition de la haute ambition pour la nature, œuvre à faire adopter lors de la COP l’objectif de protéger un tiers de la surface de la Terre d’ici à 2030. Le président français, à l’origine de cette coalition avec le Costa Rica, devait annoncer de l’Elysée que cinquante Etats soutiennent désormais cette ambition, contre une vingtaine il y a un an.

C’est aussi le chiffre de 30 % qui a été retenu par Emmanuel Macron pour lancer une nouvelle initiative portant sur les financements. La France devait s’engager à consacrer 30 % de sa finance climat bilatérale à des investissements également bénéfiques à la biodiversité d’ici à 2030, notamment par le biais des solutions fondées sur la nature – des actions qui s’appuient sur les écosystèmes pour lutter contre le changement climatique. Paris entend notamment appeler les autres parties à rejoindre cette coalition lors de la COP26 pour le climat prévue en novembre à Glasgow (Ecosse), et insiste sur l’importance des synergies entre climat et biodiversité.

« Pour atteindre les objectifs climatiques, il faut agir à la fois pour une décarbonation massive de l’économie, mais aussi renforcer la protection des écosystèmes,explique Aleksandar Rankovic, chercheur à l’Institut du développement durable et des relations internationales. Maintenant que de plus en plus de dirigeants prennent au sérieux ces questions, ils se rendent compte qu’il faut des solutions systémiques aux problèmes du climat, de la biodiversité, de la santé ou de l’agriculture. L’approche en silo conduit à des impasses. » Trois mois après le premier sommet des Nations unies sur la biodiversité, le fait de consacrer cette 4e édition du One Planet Summit à cette thématique témoigne aussi d’une volonté croissante de hisser la préservation de la biodiversité au rang des priorités mondiales, au même titre que la lutte contre le dérèglement climatique.

Ce rendez-vous est aussi l’occasion de remettre en selle le projet de Grande Muraille verte, cet ambitieux programme de restauration écologique au service de la lutte contre la pauvreté. Lancée il y a quinze ans, cette initiative panafricaine, qui regroupe onze pays de la bande sahélienne, est le plus souvent restée à l’état de slogan en dehors du Sénégal, de la Mauritanie ou de l’Ethiopie. Selon le premier rapport d’évaluation publié en septembre 2020, qui soulignait un manque de portage politique et un pilotage défaillant, seulement 4 millions d’hectares ont été aménagés sur les 100 millions visés d’ici à 2030. Malgré ce bilan, Paris a convaincu les autres bailleurs internationaux et bilatéraux de réaffirmer leur soutien. « Je ne connais pas d’autre projet qui permette de créer 10 millions d’emplois en aidant ces pays à s’adapter au changement climatique et à améliorer leur sécurité alimentaire », a coutume de répéter Monique Barbut, envoyée spéciale du chef de l’Etat pour la biodiversité.

« Il faut être proactif »

Une enveloppe de quelque 10 milliards d’euros sur cinq ans devait ainsi être annoncée avec, aux côtés de la Banque mondiale et de l’Union européenne, l’arrivée du Fonds vert pour le climat parmi les principaux contributeurs. Un secrétariat chargé du suivi de l’initiative sera créé auprès de la Convention des Nations unies de lutte contre la désertification pour s’assurer que, cette fois-ci, les promesses seront bien tenues.

En écho à la situation sanitaire mondiale, une nouvelle initiative de recherche-action pour la prévention de nouvelles pandémies devait également être lancée. Un programme destiné à devenir le bras armé du Haut Conseil « Une seule santé », un groupe d’experts internationaux lancé en novembre 2020. Près de 350 millions d’euros devraient être consacrés à ce projet, auquel participent les instituts de recherche français et qui doit permettre d’améliorer les réseaux de surveillance épidémiologique ou de former des personnels capables d’identifier les émergences de zoonoses. « Le rapport de la Plate-forme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité a souligné le consensus scientifique sur les liens entre pandémies et érosion de la biodiversité, précise Benjamin Roche, biologiste à l’Institut de recherche pour le développement. Il faut être proactif et voir comment on peut prévenir ces pandémies. »

Sur le plan national, le Fonds mondial pour la nature (WWF) espérait que l’accueil de ce sommet « soit l’occasion pour le président français de trouver un nouvel élan pour la nature ». « A l’heure actuelle, la France continue par exemple d’importer du soja brésilien sans garantie, contribuant à la déforestation, qui elle-même alimente les risques de propagation des zoonoses », a rappelé sa directrice générale, Véronique Andrieux, en appelant à l’adoption d’une législation européenne contraignante sur la déforestation importée. Des organisations de la société civile s’inquiètent de leur côté des « faiblesses » du projet de stratégie nationale des aires protégées, critiqué pour son manque d’objectifs qualitatifs et de moyens. Prévu à l’automne 2020, ce document n’a finalement pas été publié avant le sommet. »

Bruno David, président du Muséum national d’Histoire naturelle. Paléontologue et biologiste marin de formation. Auteur de “A l’aube de la sixième extinction. Comment habiter la terre” (Grasset, 2020)

« 2020 devait être un tournant pour la lutte contre le réchauffement climatique, cinq ans après l’accord de Paris. Puis la pandémie a frappé. Cette nouvelle année s’accompagne de nombreuses attentes, que devrait couronner la 26e conférence COP26, qui se tiendra en Ecosse en novembre 2021. Et si ce n’est pas encore trop tard, il y a urgence : 2020 fait partie des des années les plus chaudes jamais enregistrées. Virus et biodiversité, même combat ? Comment les crises précédentes peuvent-elles nous éclairer sur la crise environnementale actuelle ? Comment éviter une sixième extinction  ?

Le mécanisme d’extinction des espèces est-il naturel est consubstantiel à l’évolution de la planète ?
Les espèces s’éteignent et d’autres espèces apparaissent. Cela se produit dans un flux, une transformation du vivant qu’on appelle l’évolution biologique. Mais ça se fait à un rythme relativement lent, par rapport au rythme de nos sociétés humaines. L’espèce se différencie en dix mille à cent mille ans à peu près. Le problème d’aujourd’hui, c’est qu’on fait éteindre des espèces ou qu’on fait décliner un certain nombre d’espèces à un rythme considérablement plus rapide que celui des temps passés.

La biosphère n’est pas adaptée à des changements de cette vitesse. Elle n’a pas le temps de migrer, de s’acclimater, d’évoluer. La vie n’est pas dans un système de vitesses compatible avec son évolution et avec son acclimatation à ces changements

La disparition des dinosaures
L’extinction a été relativement progressive, le déclin des dinosaures s’est pendant plus de 5 millions d’années avant l’extinction finale. Cette crise de la fin du crétacé est marquée avant tout par d’énormes épanchements volcaniques qui vont s’étaler sur plusieurs millions d’années et qui ont émis de nombreux gaz dans l’atmosphère et a conduit à une transformation totale du climat. _L_a chute de la météorite à la fin du crétacé vient donner le coup de grâce, les dinosaures étaient déjà en déclin.

L’aube de la sixième extinction
Elle touche un peu toutes les espèces. Certaines se sont déjà éteintes mais il n’y a pas tant que ça d’espèces qui sont réellement éteintes dont on a pu constater la disparition, à l’image du dodo de l’Île Maurice, par exemple. On est sur 2 3% de disparitions. En revanche, on a beaucoup de déclin, c’est-à-dire qu’il y a des diminutions d’abondance. Et ces diminutions d’abondance sont très inquiétantes parce que in fine, ça aboutit à une extinction.

Moins de hérissons, plus de sangliers
Il y a un déclin des mammifères, de toutes sortes d’espèces. Il y a moins de hérissons, par exemple, et ça paraît surprenant. Si vous êtes un petit peu observateur, vous vous rendrez compte qu’il y a moins de hérissons écrasés le long des routes. Il y a plusieurs hypothèses. Soit les hérissons ont appris à traverser de manière prudente, soit les automobilistes font attention aux hérissons et contournent les hérissons, soit il y a simplement moins de hérissons dans les campagnes. Je penche pour cette troisième hypothèse.
Il y a par exemple de plus en plus de sangliers parce qu’il n’y a pas de prédateurs des sangliers.
On introduit des espèces qui vont entrer en compétition avec d’autres et ça va créer des ravages chez les espèces locales. On a le cas avec des tas de petits crustacés d’eau douce, avec les écrevisses… Il y a une multitude d’exemples. Et c’est souvent parce qu’on amène finalement un bourreau aux victimes locales. Mais il y a aussi le cas inverse où on peut amener la victime à un nouveau bourreau.

Il est encore temps d’agir
La vie est très résiliente. Elle a une capacité de réagir. Tant qu’on n’a pas dépassé un certain seuil – parce qu’une fois qu’on a dépassé un certain seuil, c’est très difficile de revenir en arrière, voire totalement impossible – on a droit à l’erreur, en quelque sorte. On peut avoir des cicatrisations très importantes de la biodiversité localement. Et ça, c’est très encourageant parce que ça veut dire que si on fait quelque chose, ça va assez vite.
Il faut travailler sur les facteurs de pression qu’on exerce sur la biodiversité. Parmi ces facteurs de pression, il y a une surexploitation des ressources. Si on parle de l’océan, par exemple, il faut moins prélever de ressources océaniques. On voit bien l’effet que cela a quand on fait des moratoires sur la pêche au thon rouge en Méditerranée, ils reviennent et c’est intéressant aussi pour les pêcheurs parce qu’on voit qu’on arrive à réguler le système. »

Tribune in Le Monde du jour

L’agronome Marc Dufumier dénonce l’incapacité de l’Etat à respecter ses engagements écologiques, et préconise d’étendre les surfaces en légumineuses aux dépens de cultures dont il est difficile de vendre les excédents à l’export.

« Le président de la République Emmanuel Macron, interrogé vendredi 4 décembre 2020 sur le média en ligne Brut, a reconnu ne pas avoir pu empêcher l’usage agricole du glyphosate dans les délais promis. Et de considérer que la « faute » était « collective ». Mais sans préciser pour autant sur qui incombe la responsabilité de ce qui semble être une boulette politique. Quelques semaines seulement après la réhabilitation de l’usage des néonicotinoïdes pour la culture de la betterave à sucre, cela fait vraiment désordre.

Mais a-t-on seulement quelque raison d’être surpris ? Quelles mesures ont été prises pour inciter les agriculteurs à trouver une alternative à l’emploi de chacun de ces pesticides, dont les dangers sont de plus en plus en plus reconnus par les scientifiques ? Rigoureusement aucune !

A quoi s’ajoute aussi le fait que les 146 recommandations de la conférence citoyenne pour le climat, qu’Emmanuel Macron affirmait vouloir soutenir « sans filtre », ne semblent pas devoir être pleinement prises en compte. Cela fait vraiment beaucoup de promesses non tenues.

Et cela d’autant plus qu’il existe d’ores et déjà des pratiques agricoles alternatives à l’emploi du glyphosate et des néonicotinoïdes. Ces techniques, qui relèvent d’une agroécologie scientifique (la discipline des agroécologues) et s’inspirent en même temps de savoir-faire paysans très anciens, ne visent pas tant à éradiquer les herbes concurrentes des plantes cultivées ou les pucerons qui leur transmettent des virus qu’à en réduire la prolifération et à minimiser leurs dommages.

Allonger les rotations de cultures

La première d’entre elles consiste à allonger les rotations de cultures et à diversifier les espèces cultivées au sein de nos terroirs. Si l’on veut limiter la multiplication des herbes indésirables sur un même terrain agricole, il convient de ne pas y cultiver tous les ans la même culture.

Cela a pour effet de perturber le cycle de reproduction de ces dites « mauvaises herbes » sur chacune des parcelles en n’y pratiquant pas tous les ans les mêmes travaux culturaux. Celles qui tendent à proliférer en compagnie d’une espèce cultivée particulière ne peuvent guère se reproduire en grand nombre les années suivantes au voisinage d’autres espèces dont la croissance et le développement interviennent à des dates différentes.

Quand, au cours d’une même année, au sein d’un même terroir, les parcelles sont occupées par des cultures d’espèces très variées, les insectes susceptibles d’occasionner de gros dégâts sur l’une d’entre elles éprouvent de réelles difficultés à se propager du fait que les cultures présentes sur les parcelles voisines ne leur sont guère accueillantes.

Si les parcelles de betterave à sucre affectées par la jaunisse avaient été plus dispersées dans l’espace et entourées de diverses autres cultures, les pucerons qui lui ont inoculé le virus à l’origine de cette maladie ne se seraient pas autant disséminés.

Espèces peu accommodantes

Et si les parcelles de betteraves avaient été entourées de haies vives hébergeant diverses espèces herbacées, arbustives et arborées, les pucerons n’auraient pas tardé à être neutralisés par les larves ou adultes de multiples insectes auxiliaires : coccinelles, syrphes, chrysopes, cécidomyies, etc. Les pertes de production auraient donc été bien moindres que celles observées cette année, sans avoir à employer de coûteux insecticides.

Parmi les cultures qu’il nous faudrait réintégrer au plus vite dans nos rotations et nos assolements, il convient de citer surtout les plantes de l’ordre des légumineuses : trèfles, luzernes et sainfoins destinés à l’alimentation des herbivores ; lupins, féveroles et pois fourragers consacrés à celle des volailles et porcins ; lentilles, pois chiche et autres légumes secs dont nous faisons trop peu usage dans nos repas. Ces espèces ne sont pas en effet très accommodantes pour les pucerons verts s’attaquant aux betteraves et autres cultures.

Et de surcroît, ces légumineuses nous permettraient de réduire notre énorme déficit en protéines végétales destinées à la nutrition animale. Pourquoi ne voudrions-nous pas mettre fin aux importations massives de graines et tourteaux de soja en provenance des Etats-Unis, du Brésil ou d’Argentine ? Soja dont les surfaces ont été étendues au détriment de forêts et savanes arborées naturelles.

Le président n’avait-il pas déclaré, au lendemain de la dernière réunion du G7 qui s’est tenue à Biarritz (Pyrénées-Atlantiques), qu’il nous fallait retrouver au plus vite notre « souveraineté protéinique » et ne pas signer les accords du Mercosur (communauté économique qui regroupe l’Argentine, le Brésil, le Paraguay, l’Uruguay et le Venezuela) ? Encore une promesse vouée à être bafouée sans détour ? Une affaire à suivre.

A qui la faute ?

La somme de 100 millions d’euros annoncée dans le plan de relance pour inciter nos agriculteurs à cultiver des protéagineux paraît bien dérisoire, en comparaison avec les milliards d’euros de subventions de la politique agricole commune que perçoivent annuellement nos agriculteurs en proportion des surfaces disponibles.

Cela est d’autant plus regrettable que les plantes de l’ordre des légumineuses contribuent à fertiliser les sols en azote par la voie biologique et nous éviteraient d’avoir grandement recours aux engrais azotés de synthèse, coûteux en énergie fossile importée et très émetteurs de protoxyde d’azote, principale contribution de l’agriculture française au dérèglement climatique.

Étendre nos surfaces en légumineuses aux dépens de cultures dont nous ne parvenons que difficilement à vendre nos excédents à l’export serait favorable à notre balance commerciale extérieure du fait des moindres importations de soja et de gaz naturel.

Tout cela avait d’ailleurs été rappelé par la conférence citoyenne pour le climat. Mais au vu du projet de loi sur le climat actuellement en préparation, il est à craindre que cette promesse ne soit pas non plus tenue. A qui la faute ? A l’incompétence des technocrates qui entourent ceux qui nous gouvernent ? Aux pressions de puissants lobbys dont l’intérêt est de vendre toujours davantage de pesticides ? Sans doute les deux à la fois. C’est pitoyable !»

Marc Dufumier est professeur honoraire à AgroParisTech et a publié De la terre à l’assiette. 50 questions essentielles sur l’agriculture et l’alimentation (Allary Editions, 2020).

A quand remonte la domestication des légumes et des animaux par l’être humain ? La crise sanitaire actuelle va-t-elle nous amener à repenser cette domestication de manière durable et à prendre en compte le bien-être animal ? Pour en parler, Les Matins reçoivent Valérie Chansigaud et Eric Birlouez.

En 2021, quelles seront nos bonnes résolutions en matière d’alimentation ? Seuls 3% des Français déclarent à ce jour avoir fait le choix du végétarisme. Cette pratique alimentaire, remise au goût du jour ces dernières années, est encore loin d’être une tendance de fond. Pourtant, si la culture gastronomique et culinaire française donne la part belle à la viande, il n’en a pas toujours été ainsi. A l’échelle de l’histoire de l’humanité, c’est le végétarisme qui domine. En outre, les êtres-humains ont appris à domestiquer les légumes avant les animaux.

Mais que signifie la domestication du végétal et de l’animal ? En quoi consiste concrètement ces processus et à quand peut-on les dater ? La crise sanitaire va-t-elle nous permettre de repenser notre rapport au vivant en général ?

Valérie Chansigaud, historienne des sciences et de l’environnement, chercheuse associée au laboratoire SPHère (Sciences, Philosophie et Histoire) du CNRS et de l’Université de Paris, auteure d’Histoire de la domestication animale paru aux éditions Delachaux et Niestlé, ainsi qu’Eric Birlouez, ingénieur agronome et sociologue de l’alimentation, auteur de Petite et grande histoire des légumes, publié aux éditions Quae (2020).

Entre la crise des éleveurs et celle des conditions d’élevage et d’abattage, est-ce tout un système qui s’effondre ? Devons-nous tous arrêter de manger de la viande, ou peut-on imaginer une viande heureuse ?

Florence Burgat, philosophe, directrice de recherche en philosophie à l’Institut national de la recherche agronomique et co-auteure de Le droit animalier (PUF, 9 mars). A ses côtés, Eric Birlouez, ingénieur agronome et sociologue de l’agriculture et de l’alimentation.

Ils sont rejoints en seconde partie, à écouter ici, par Alain Prochiantz, chercheur en neurobiologie et professeur au Collège de France, titulaire de la chaire « Processus morphogénétiques ».

in Le Monde

Joëlle Zask, philosophe  défricheuse, portrait par Marion Rousset

Revendiquant l’éclectisme de ses passions intellectuelles, Joëlle Zask fut l’une des premières à penser la démocratie participative, mais aussi la citoyenneté dans la ruralité ou la forêt qui brûle. Son nouvel ouvrage, « Zoocities », évoque le retour de la vie sauvage dans la ville

Le jour où un immense essaim d’abeilles a atterri sur une branche de cyprès dans son petit jardin de ville, niché au milieu des immeubles à Marseille, elle s’est dit que quelque chose clochait. « Le ciel est devenu noir, tout s’est mis à bourdonner, on avait l’impression qu’un projectile, voire une bombe allait nous tomber dessus. Tout le monde s’est mis à la fenêtre », décrit Joëlle Zask, 60 ans, maîtresse de conférences à l’université d’Aix-Marseille. Rares sont les philosophes qui, comme elle, assument de fonctionner à l’intuition. Elle a souvent un temps d’avance sur l’événement. « Je pars toujours d’une expérience personnelle qui se connecte à des problèmes du moment. Cette porosité, qui relève d’une position très subjective, j’en ai fait quasiment une méthode », explique-t-elle. Curiosité intellectuelle dont elle confesse la part sensible.

L’expérience des abeilles citadines l’incite à explorer l’exode rural des animaux sauvages – dont ne font pourtant pas partie ces colonies d’insectes volants. Son livre Zoocities. Des animaux sauvages dans la ville (Premier parallèle, 220 pages, 19 euros) est sur les rails. Le confinement viendra ensuite confirmer ce qu’elle pressentait. « Quand on voit des canards qui se promènent sur le bitume, on se dit qu’il se passe quelque chose de pas normal », relève la chercheuse, attentive aux indices d’un désordre du monde – à commencer par ce retour de la vie sauvage dans les villes.

Qu’un incendie ravage la forêt varoise du cap Bénat où des amis ont une maison et la voilà sur place. Face aux arbres calcinés, elle partage avec les riverains la morsure de la perte et se laisse traverser par un sentiment de désolation. D’instinct, cet incident au mobile criminel la met sur la piste des « mégafeux ». Paru en septembre 2019, Quand la forêt brûle. Penser la nouvelle catastrophe écologique (Premier parallèle) précède de peu l’embrasement de l’Australie. Finaliste du Prix des rencontres philosophiques de Monaco, ce livre propulse son autrice au rang de lauréate du prix Pétrarque de l’essai France Culture. « Cette validation de ma manière de faire me touche beaucoup », glisse l’intéressée.

Une énigme pour les libraires

« Ce que je trouve attachant dans ses livres, c’est qu’il y a toujours quelque part sa présence, celle de ses questionnements, mais elle développe une expérience authentiquement philosophique et politique », observe l’historien et philosophe Jean-Marc Besse. Cette approche peut néanmoins s’avérer déroutante pour un milieu académique qu’elle désarçonne aussi par ses intérêts éclectiques. Même les libraires sont perdus quand il s’agit de ranger ses livres, lesquels se retrouvent en général éparpillés dans différents rayons.

Aujourd’hui, elle creuse le sillon de l’environnement. C’est pourtant comme spécialiste de la démocratie participative qu’elle s’est fait connaître, avant que l’expression ne devienne à la mode. Dans les années 1990, « on imaginait que la démocratie devait reposer sur des experts et qu’on pouvait mettre entre parenthèses l’opinion publique, qui était très décriée »,se souvient Joëlle Zask. Le philosophe américain John Dewey, qu’elle a traduit et introduit en France, lui a fourni les outils pour aller contre ce courant hexagonal. Elle n’aura malheureusement pas eu le temps de remercier son directeur de thèse, Philippe Soulez – mort dans un accident de voiture quand elle était en deuxième année –, de le lui avoir fait découvrir.

Docteure en philosophie politique, Joëlle Zask défend une culture de l’autogouvernement dans Participer. Essai sur les formes démocratiques de la participation(Le Bord de l’eau, 2011), bien avant Nuit debout, qui servira de point de départ à un autre de ses livres sur le sujet, Quand la place devient publique (Le Bord de l’eau, 2018). « Comment un mouvement qui défend la démocratie peut-il se retrouver captif d’une forme urbaine aussi autoritaire, inappropriée, inadéquate que la place de la République ?, questionne-t-elle. Je suis partie de l’expérience d’être rejetée par cet espace alors sans assises, où nous subissions un bombardement météorologique. Il pleuvait, il faisait froid… L’absence de déclivité du plateau ne permettait pas aux manifestants de voir arriver les casseurs et les CRS. Quant à la position centrale de la statue, esthétiquement douteuse, elle rejoue un dispositif monarchiste, impérial, fasciste ! »

Dans son esprit, citoyen ne rime pas qu’avec citadin. La culture démocratique a aussi un rapport avec l’agriculture, travail manuel qui n’est pas fait que de sueur mais requiert des capacités de dialogue, d’attention, d’anticipation, de coopération… C’est le thème de son livre La Démocratie aux champs (La Découverte, 2016). « En liant démocratie et ruralité, elle fait entendre une voix nouvelle sur les questions politiques qui va à l’encontre de l’idée reçue associant la démocratie à la ville », pointe sa consœur Catherine Larrère, spécialiste de philosophie morale et politique.

Ce livre, Joëlle Zask l’a d’abord écrit en pensant à son grand-père, un paysan juif polonais, et en souvenir de son enfance passée à élever des grillons dans un petit village du Jura et à se promener dans les bois alentour escortée par son chien. « C’est une célébration de mes origines paysannes. J’avais un sentiment de scandale vis-à-vis du mépris dans lequel sont tenus ceux qui cultivent la terre », confie-t-elle.« Ce que je trouve très puissant, c’est son idée que la démocratie est une activité sociale, qu’elle s’arrime à la prise de responsabilité au quotidien, souligne le sociologue Loïc Blondiaux. Elle insiste sur la capacité des individus à agir sur leur destin et leur environnement. Sans qu’elle l’ait théorisée, cette démocratie du geste, du faire, permet d’éclairer des expériences comme les ZAD. »

« Franc-tireur »

Joëlle Zask évite ainsi de s’enferrer dans le catastrophisme. « Il y a une positivité dans l’action. On peut trouver dans le réel des ressources d’innovations gestuelles ou perceptives pour améliorer le monde »,suggère-t-elle. Si elle ne va pas elle-même entretenir les forêts ou réaménager les villes, ses livres sont sa manière de passer à l’action. « Ce qui m’intéresse, c’est de rendre sensibles des problèmes – je dis bien “sensible” et non “visible”, car le citoyen n’est pas un spectateur », insiste-t-elle. Face aux feux géants induits par le réchauffement climatique ou à l’hypothèse d’une invasion des bêtes sauvages dans les villes, elle offre des solutions qui font la part belle au savoir des apiculteurs, des forestiers, des pompiers, des paysans, des urbanistes…

Ses enquêtes sont peuplées de toutes ces voix. Dans le monde universitaire, elle est pourtant très solitaire. « Dans le milieu philosophique, c’est un franc-tireur. Elle ne travaille pas avec d’autres pragmatistes, sa démarche est très personnelle », affirme Catherine Larrère. « Elle n’a pas vraiment de réseau », abonde Loïc Blondiaux. L’intéressée le reconnaît volontiers :« Je n’ai pas fait école ; ma classe, c’est la société. »Quand on lui demande qui sont les chercheurs qui l’inspirent, c’est la litanie des morts. Philippe Soulez, avec qui elle avait « une relation très forte », son ancien collègue à l’université de Provence Jean-Pierre Cometti, le sociologue Isaac Joseph… « Il y a un vide autour de moi », souffle-t-elle. Serait-elle devenue un peu sauvage ? Au sens de « féroce », certainement pas. Mais la définition qu’elle donne à ce mot lui correspond davantage : « Je me démarque des deux sens habituels : d’un côté, la sauvagerie comme cruauté, de l’autre, la nature vierge et idéalisée. Pour moi, le sauvage renvoie à l’imprévisible. Réaliser sa personnalité et son individualité, sa faculté d’être vivant, c’est suivre des chemins qui ne sont pas prévus d’avance. Nous ne sommes pas des machines ! » Dans Zoocities, elle plaide pour une ville qui ferait une place à cet « ensauvagement » qui n’a rien d’effrayant.

https://www.franceculture.fr/emissions/les-nuits-de-france-culture/la-nuit-revee-de-mia-hansen-love-810-a-petrarque-qui-traversa-les-collines-de-provence-a-pied

‹ Articles plus anciens